JARRY (Alfred)

Lot 31
Aller au lot
1 000 - 1 500 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 975 EUR

JARRY (Alfred)

MESSALINE. MANUSCRIT AUTOGRAPHE. Fragments, [1899-1900]. 13 pages in-8 (195 x 150 mm), à l'encre brune avec corrections au crayon, montées sur onglets en un volume in-8, bradel demi-vélin (G. Gauché).
FRAGMENTS DE DEUX CHAPITRES DU PLUS GRAND SUCCÈS D'ÉDITION DE JARRY qui, sous couvert d'histoire romaine, conserve tout le style et la verve de Jarry.
Texte du chapitre VII de la première partie "Il dansait quelquefois la nuit", depuis le début jusqu'à "moi je veux bien qu'il danse messieurs" (6 pages et un fragment au crayon collé au verso de la page 4). Puis vient le commencement du chapitre
II de la seconde partie: "Le plus beau des romains" depuis le début jusqu'à "et comme elle n'avait jamais remis ce manteau depuis". Ce chapitre figure ici avec l'indication "Seconde partie, chapitre I".
"Le manuscrit compte quelques corrections, peu nombreuses, et présente quelques différences avec le texte paru dans La
Revue blanche et repris à peu près sans changement dans l'édition de 1901" (Pléiade, p. 731). L'idée d'écrire Messaline date du printemps 1899. Jarry s'y attela et remania de nombreuses fois son texte de mai 1899 au 1er juillet 1900. Le roman parut en six livraisons dans La Revue blanche du 1er juillet au 15 septembre 1900. "Cette pré-publication d'un roman entier en revue est unique dans la vie littéraire de Jarry" (Pléiade, p. 723) et lui permit d'obtenir le statut de rédacteur habituel de cette revue. Messaline fut publié à la fin de janvier 1901. Jarry se chargea de sa promotion. L'accueil fut favorable, notamment celui de Rachilde, Gustave Kahn, Michel Arnauld, Fargus, et surtout Francis Jammes: "Votre Messaline est très naturelle. Elle est jolie ainsi chaussée de rouge et n'a pas peur. C'est une petite grue parisienne... Votre livre, Jarry, est le seul livre d'histoire qui ne m'ait pas emmerdé" (Orthez, 12 novembre 1901).
Le succès fut cependant très modeste même s'il s'agit du roman de Jarry qui se vendit le mieux (3 000 exemplaires) et le seul traduit de son vivant (en tchèque).
De la collection Loize.
Décrit dans les Oeuvres complètes, Pléiade, t. III, p. 107 et s., notes p. 731.
Feuillets abîmés et tachés.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue