APOLLINAIRE (Guillaume)

Lot 9
Aller au lot
6 000 - 8 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 7 800 EUR

APOLLINAIRE (Guillaume)

LETTRE AUTOGRAPHE À MAX JACOB, signée ton ami Guillaume Apollinaire, datée 14-3-[19]16. 8 pages sur 2 bifeuillets in-12 carré (157 x 126 mm), sous chemise demi-maroquin noir moderne.

RARE LETTRE D'APOLLINAIRE À MAX JACOB, SUR PICASSO, OZENFANT, FAUCONNET, ROSENBERG, HERTZ, ETC. AVEC 4 VERS SATYRIQUES À PROPOS DE LÉONCE ROSENBERG QU'IL N'AIME PAS.

Commencée en 1905, l'amitié d'Apollinaire et de Max Jacob durera jusqu'à la mort du premier le 9 novembre 1918. C'est donc à un vieil ami, qu'Apollinaire s'adresse, heureux de retrouver dans tes lettres un ami qui m'avait si longtemps oublié.
Cette lettre a été écrite le jour même où Apollinaire, qui revenait de permission à Oran chez Madeleine Pagès, va monter en ligne avec son unité à quelques kilomètres de Berry-au-Bac. C'est également le jour où il apprend sa naturalisation datée du 9 mars. Trois jours plus tard, le 17 mars 1916, il sera blessé à la tête par un éclat d'obus.
Tout au long de ces huit pages, les rappels d'amis peintres et écrivains alternent avec des instantanés de la guerre, dont la mention de la gloire du général Pétain qu'Apollinaire avait prévue.
À PROPOS DE PICASSO: il est bien singulier que Pablo n'ait pas reçu la bague car il y a environ un mois que je l'ai envoyée; elle est donc perdue [...] Suit un long développement sur l'affaire R. [le marchand Léonce Rosenberg], qu'Apollinaire n'aime guère: la visite de sa maison m'a édifié sur son compte. C'est déplorable. Les choses les plus authentiques y aparaissent [sic] comme de la camelote. C'est effrayant. Ah non ! ce n'est pas le cadre qu'il faut aux tableaux de Pablo. Un chef-d'oeuvre en cette ambiance tombe au rang de hors-d'oeuvre. Il fera volontiers l'ouvrage à 1500 francs.
PUIS IL ÉVOQUE LEURS AMIS PEINTRES: Fauconnet est un charmant garçon [...] Ozenfant me paraît en effet un homme gentil.
MM. GONTCHAROVALARIONOF [sic] sont je crois toujours hôtel de Castille, rue Cambon, je leur ai envoyé un poème qu'ils voulaient publier à Paris [...] mais je crains qu'ils le publient en Russie sans le publier ici [...] si tu avais du temps tu irais le copier et me ferais plaisir, mais non il est trop long n'y va pas [...] Ainsi Gabrielle Picabia est à Paris, je vais lui écrire un mot [...] Quant à la guerre: moi je ne m'ennuie pas. La guerre est dangereuse et fastidieuse mais personnellement je ne m'ennuye [sic] pas ou du moins l'ennui est tellement fort qu'il devient un art un plaisir; cela me rappelle par la longueur, l'inextricable et l'endormant, ce sublime Parsifal.
Long passage sur l'écrivain Henri Hertz, dont il se méfie: Herz [sic] me paraît singulier, je ne lui ai jamais témoigné aucune froideur [...] Il a été jusqu'à trouver juste que le sinistre Duhamel [dans son sévère compte rendu d'Alcools] avançât que je l'avais imité lui Hertz dont à cette époque je n'avais même pas lu 25 lignes [...] Il revient ensuite sur ROSENBERG dans un petit poème satirique:

Dis Rose et merde !
A Rosemberg-gue
Et Ose Enfant !
A Ozenfant

IL CONSEILLE ENSUITE MAX JACOB POUR SON PROCHAIN LIVRE: Prends avant tout et même en tout tous tes poèmes qui ont paru dans une revue depuis la Revue immoraliste jusqu'à nos jours. Sans doute cela fera un volume, tu y ajouteras au besoin les poèmes qu'il faudra et tu auras un volume et garderas des tas de poèmes inédits.
AU SUJET DE LA GUERRE: il lui raconte une nuit particulièrement excitante où il a couché avec deux soeurs en même temps près de Reims tandis que les éclats sautaient autour de nous est un des souvenirs les plus vifs de cette guerre et même de ma vie [...] Ces jeunes filles pelotées sous les obus bizarre image. Leurs terreurs et leurs ardeurs.
Il enchaîne sur diverses anecdotes de guerre, dont une à propos du couturier POIRET, puis pose des questions à propos de Picabia, de Kisling. Il termine en se moquant d'écrivains dont les oeuvres se vendent beaucoup sur le front: Gaston Danville et Delphi Fabrice.
La correspondance de Max Jacob et d'Apollinaire compte cinquante-huit lettres du premier, mais on n'en connait que cinq du second, dont deux cartes postales.
Correspondance générale, édition de V. Martin-Schmets, t. 3, 1916-1918, n° 1458, p.130-140
Traces d'onglets.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue