APOLLINAIRE (Guillaume)

Lot 8
20 000 - 25 000 €

APOLLINAIRE (Guillaume)

LETTRE AUTOGRAPHE À LOUISE DE COLIGNY-CHÂTILLON (LOU), signée Gui à mon chéri, mon adorée, datée 11 mai 1915, ET CONTENANT UN POÈME AUTOGRAPHE, 4 pages sur un double feuillet in-4 (223 x 174 mm) sur papier d'écolier, sous chemise demi-maroquin noir moderne.

MAGNIFIQUE POÈME D'AMOUR ET DE GUERRE, ADRESSÉ À LOU AVEC LE CÉLÈBRE REFRAIN: DIS, L'AS-TU VU GUI AU GALOP DU TEMPS QU'IL ÉTAIT MILITAIRE...

Long poème de 51 vers, Rêverie, associant une fois de plus l'amour et la guerre. Apollinaire utilise l'octosyllabe et l'alexandrin, souvent groupés en quatrains.
Le poète remercie Lou pour sa lettre et les vers qu'elle lui a envoyés, un délicieux petit poème, exquis comme toi, parfait comme toi. C'est sans aucune faute de versification. Tu es plus que ma muse mon aimée, tu es la poésie même, s'exalte-t-il.
Et il recopie ensuite ces vers, qu'il place en épigraphe à sa Rêverie. Or, on ne découvrira qu'en 1966 que Lou avait recopié textuellement deux strophes d'Ici-bas de Sully-Prudhomme ! Apollinaire s'y est donc laissé prendre.
Dans Rêverie, Apollinaire poursuit l'inspiration du poème de Lou:

C'est le galop des souvenances
Parmi les lilas des beaux yeux
Et les canons des indolences
Tirent mes songes vers les cieux

Suit le célèbre et touchant refrain, par lequel Apollinaire s'est familièrement silhouetté lui-même en soldat — vers repris sur la stèle commémorative érigée en 1990 au lieudit Le Bois aux buttes où fut blessé Guillaume Apollinaire le 17 mars 1916:

Dis, l'as-tu vu Gui au galop
Du temps qu'il était militaire
Dis, l'as-tu vu Gui au galop
Du temps qu'il était artiflot
A la guerre ?

Il termine d'une écriture précipitée: Mon Lou adoré, le vaguemestre est là, je t'adore, te désire, te prends toute de toutes mes forces, t'aime, t'aime, t'aime, ma chérie, mon petit garçon pas sage chéri, prends-moi dans tes petits bras, vive la France et mon ptit Lou.
Cette admirable Rêverie se situe dans la lignée d'Alcools et de Calligrammes.
Apollinaire poursuit sa nouvelle relation "amicale" avec Lou, mais, progressivement, Madeleine va la remplacer. Le poète et Lou se rencontreront une dernière fois et fortuitement en 1917 ou 18 à Paris, place de l'Opéra. "À ce moment Apollinaire avait été trépané. Ils allèrent se réfugier quelques instants, pour parler, sous cette grande porte jaune [...]. Entrevue navrante pour tous deux. Une sorte de fuite intime de part et d'autre. Lui était d'ailleurs déjà atteint, très émotif. Puis, se trouver ainsi soudain auprès d'une femme qu'il avait si profondément aimée et qui l'avait déçu [...] Reproches, entretiens assez pénibles.
Entretien écourté où ils se sont regardés avec tristesse, et avec l'impression qu'ils ne se reverraient plus. Ce qui devait être, en effet" (André Rouveyre, p. 202).
Apollinaire mourut de la grippe espagnole le 9 novembre 1918 à l'âge de trente-huit ans.
Lettres à Lou, éd. M. Décaudin, lettre n° 152. — Correspondance générale, édition de V. Martin-Schmets, t. 2, 1915, n° 914, p. 396-399.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue