[MONCRIF (François Auguste Paradis de)]

Lot 82
Aller au lot
2 000 - 3 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 6 266 EUR

[MONCRIF (François Auguste Paradis de)]

Les Chats. Paris, Brunet, 1751.
In-8 [195 x 125 mm] de (1) f. de titre, 204 pp., (8) ff., 9 planches hors texte dont 2 dépliantes: veau fauve marbré, dos lisse orné, pièces de titre de maroquin rouge, filet à froid encadrant les plats avec figure de chat assis vu de profil au centre, en clair sur fond foncé sur le premier plat, en foncé sur fond clair sur le second, coupes filetées or, tranches rouges (reliure de l' époque).
Charmant ouvrage illustré de 9 planches hors texte d'après Coypel, gravées par le comte de Caylus, dont deux repliées et une vignette à la fin représentant le dieu Pet.
De l'Académie française, poète et musicien, François Auguste Paradis de Moncrif (1687-1770) incarne le gentilhomme des Lumières; spirituel et galant, musicien de talent, acteur, habile escrimeur, il fut le type abouti du courtisan. “Bien qu'il fît le dévot, note cette méchante langue de Grimm toujours bien informée, il était homme de plaisir, et il a poussé la passion pour la table et pour la créature jusqu'à l'extrême vieillesse” - ce qui contribue à le rendre éminemment sympathique. L'essai est une satire des pédants de son temps, qui se vengèrent du très officiel historiographe en lui infligeant le surnom d'historiogriffe.
Très curieux spécimen de reliure bicolore du temps: chaque plat est orné d'une grande figure de chat, l'un étant le négatif de l'autre.
Le chat assis et vu de profil fut l'emblème et le signe de ralliement des familiers du salon de la spirituelle marquise du Deffand (1697-1780), Moncrif au premier rang. Elle recevait rue Saint-Dominique ses amis philosophes et des artistes, installée dans un vaste fauteuil, un chat sur les genoux, comme la représente Carmontelle. Cochin en fera une gravure représentant ses chats angoras. Elle-même fit dorer au dos de ses livres le félin assis dans une attitude confiante et rêveuse. On ne connaît pas d'autre spécimen du Raminagrobis trônant sur les plats.
Exemplaire portant quelques notes manuscrites de la fin du XVIIIe siècle: on peut notamment y lire l'histoire du chat
Minon à la fin (2 pages). Reliure usagée aux coiffes. Déchirure avec perte de quelques mots page 3; taches pages 126-127
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue