Ɵ Figure féminine d'ancêtre matakau, Iles...

Lot 38
Aller au lot
40 000 - 70 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 47 390 EUR

Ɵ Figure féminine d'ancêtre matakau, Iles...

Ɵ Figure féminine d'ancêtre matakau, Iles Fidji, Polynésie
Epoque présumée: XIXe siècle ou antérieur
Bois dur (vesi) à patine brune nuancée rouge brillante
H. 27 cm
Fiji ancestral female Figure (matakau), Polynesia H. 10.3 in
Provenance:
- Ancienne collection Godeffroy, Hambourg, Allemagne, avant 1881
- Ancienne collection H. Tischner, Hambourg, Allemagne
- Wayne Heathcote, UK
- Collection privée
Rare statue d'ancêtre féminine ou matakau, représentant une effigie solidement campée sur des jambes pleines, les pieds en bas-relief pliant leurs doigts sur la hauteur de la petite base angulaire. Le corps plein, ponctué de seins discrets, est percé au nombril, et encadré de bras filiformes, les mains de petites tailles posées contre l'abdomen. Le dos légèrement rebondi se prolonge en une chute de reins tout en douceur, les mollets et le fessier comme légèrement tournés, et imprimant à la sculpture un mouvement.
L'ensemble du volume courant des épaules aux mains, décrit un polygone assurant un socle solide à la tête, de dimensions proportionnellement plus grandes. Celle-ci, ovoïde, est sculptée sous un front haut et le bombement du bourrelet sourcilier, d'un visage au regard géométrisé et marqué par un pli palpébral. Le nez en pointe de flèche est puissant, les narines percées. La bouche, sobre fente, est en léger relief. Le dessin des oreilles en forme de crochet est très séduisant.
Le bois de vesi, essence associée localement aux dieux et aux chefs. (Steven Hooper, Fidji - Art and life in the Pacific, page 214), à la fibre particulièrement serrée et dense, confère à l'oeuvre une grande noblesse.
Le corpus des statues des Iles Fidji en bois se réduit à quelques très rares exemplaires oscillant d'une dizaine de centimètres à presque un mètre cinquante de hauteur, effigies parmi lesquelles on distingue un plus grand nombre de sculptures féminines. Le sens à donner à cette répartition reste mystérieux.
Si l'on sait, par les investigations de spécialistes comme Karl Erik Larsson et Fergus Clunie, que la statuaire était associée à des cultes magico-religieux, il semble qu'il n'y ait pas eu localement, à proprement parler, d'idolâtrie.
Peu d'informations nous sont parvenues concernant les cultes vernaculaires, mais il est établi que certaines matakau étaient érigées sur les sépultures de chefs de clan, des tumulus, voire parfois des amassements de massues (tout aussi importantes que les effigies pour leur caractère sacré) en désignant la présence. Selon leur taille et leur matière (fougère arborescente et dent de cachalot ayant par ailleurs été utilisées), ces effigies pouvaient orner le faîte des bure kalou, (les temples locaux), être utilisées comme chambranle ou élément d'architecture pour les plus grandes, les plus petites en bois à surface patinée permettant de conjecturer une conservation à l'intérieur des temples, où les fumées rituelles participaient à leur pigmentation.
Support de l'âme d'un ancêtre invoqué lors de cérémonies rituelles, talisman transmis de génération en génération par les clans lignagers, l'objet rare que nous présentons aujourd'hui, garde enfermé en ses lignes serrées et envoûtantes le secret de son usage.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue