Appuie-tête kali tabua, Iles Tonga, Polynésie...

Lot 31
Aller au lot
20 000 - 30 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 47 656 EUR

Appuie-tête kali tabua, Iles Tonga, Polynésie...

Appuie-tête kali tabua, Iles Tonga, Polynésie
Epoque probable: XVIIIe siècle Bois dur, os de cachalot, fibres de coco
L. 72 cm - H. 13 cm
Kali Tabua headrest, Tonga Islands, Polynesia W. 28.35 in - H. 5.12 in
Provenance:
- Ancienne collection Mathias Komor, New York (étiquette de la Galerie M.K. portant le n°2489)
- Ancienne collection du gouverneur Nelson A. Rockefeller, New York
- The Museum of Primitive Art, New York (en chiffre rouge, le numéro d'inventaire 57.110)
- Vente Parke Bernet Galleries, Primitive Art - Collection of Governor Nelson A. Rockefeller and the Museum of Primitive Art, 4 mai 1967, lot 117
- Ancienne collection George Ortiz, Genève
- Galerie Henri Kamer, New York, Paris, Cannes
- Collection Jean-Claude Bellier, Paris
Publications:
- Jean Guiart, Océanie, L'Univers des Formes, Paris, 1963, fig. 364
Exposition:
- Second Exhibition, Museum of Primitive Art, New York, été 1957, n° 37
- Primitive Arts, University of California Art Galleries, Los Angeles, 4 mars - 15 avril 1962
La variété des styles d'appuie-tête aux Iles Tonga est saisissante. Au sein de ce corpus, le nombre significatif de ceux à plateau étiré en forme de barre, a longtemps été associé par les observateurs à l'importance accordée localement à l'art de la coiffure, sophistiquée et fruit de nombreuses heures d'élaboration. Offerts lors de fêtes de mariage par la famille de la jeune épouse, les kali participaient à l'idée que la fiancée, et avec elle son clan, contribueraient par l'apport de biens domestiques, à la stabilité du jeune ménage.
Ici, l'appuie-tête repose sur deux jambages courbes, sur lesquels est fixé une traverse en os de cachalot retenue par une ligature en fibre de coco, sennit. Les pieds en forme discoïde sont manquants du fait de la très longue utilisation de cet appuie-tête et de l'usure de ses jambages. A force d'usage, de contact avec la tête de son propriétaire, il devient aussi le réceptacle de l'âme de celui-ci, de son mana.
Persistance de l'ancienne étiquette de la collection Komor, n°2489 et du numéro en rouge, n° 57.110 du Museum of Primitive Art.
Si quelques exemplaires historiques, comme celui de la collection James Hooper des Iles Fidji (cf. Phelps, 1976, 194, n° 810) présentant un décor incrusté d'ivoire (kali masi vonotabua) constituent un petit ensemble, ceux dont le plateau est en os de cachalot (kali tabua) se limitent, à notre connaissance à deux exemplaires pour les Iles Tonga.
En effet, cette oeuvre exceptionnelle est à comparer à celle de l'ancienne collection Fuller (L. 40 cm) reproduite dans l'ouvrage de Roland W Force et Maryanne Force, The Fuller Collection of Pacific Artifacts (p. 159, inv. 274497), présentant un jambage lui aussi robuste, et une assise concave en défense de morse.
Pour un exemplaire morphologiquement analogue, mais en bois, présentant une assise plane et très longue (L. 70 cm): cf. Keith St Cartmail, The Art of Tonga - Ko e ngaahi' aati' o tonga, University of Hawai'i Press, Honolulu, 1997, p. 55, dont la forme est décrite par l'auteur comme pré-contact.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue