Superbe plaque Edo, Royaume du Bénin, Nigeria... - Lot 16 - Binoche et Giquello

Lot 16
Aller au lot
Estimation :
600000 - 800000 EUR
Superbe plaque Edo, Royaume du Bénin, Nigeria... - Lot 16 - Binoche et Giquello
Superbe plaque Edo, Royaume du Bénin, Nigeria
Époque: XVIIe siècle
Alliage de bronze
H. 47 cm - L. 20,5 cm
Important Edo plaque, Benin Kingdom, Nigeria
H. 18.5 in - W. 7.8 in
Provenance:
- Collection René Rasmussen, Paris, 1951
- Merton Simpson Gallery, New York, 1968
- Collection Alice Kaplan, New York
- Galerie Alain de Monbrison, Paris
- Collection privée européenne
Publication:
- Rasmussen René, Art Nègre, Paris, 1951, fig.25
- Bantel Linda, The Alice M. Kaplan Collection, Columbia University, 1981, p.68, fig.28
C'est essentiellement pour son art de cour médiéval que le Bénin est aujourd'hui connu des Occidentaux. Dès le XVIIe siècle, le Hollandais Olfert Dapper décrit avec enthousiasme la magnificence du palais de l'Oba, espace clos de murailles, dont le dédale de bâtiments renferme plusieurs appartements réservés aux conseillers du roi, «aux belles galeries dont la plupart sont aussi grandes que celles de la bourse d'Amsterdam. Elles sont soutenues par des piliers de bois enchâssés dans du cuivre où leurs victoires sont gravées, et qu'on a soin de tenir fort propres» (O. Dapper, 1686, page 308; 1989, pages 227-228). Deux siècles plus tard, et lors de la célèbre expédition britannique punitive de 1897, ce sont environ neuf cents plaques rectangulaires qui sont saisies pour finalement rejoindre les réserves du British Museum, des musées de Dresde, Munich, Vienne, Cologne, ou Leipzig, pour ne citer qu'eux.
Réalisées selon la technique de la fonte à la cire perdue, et dans un alliage différant sensiblement d'une œuvre à l'autre, les plaques, appelées ama en langue Edo, décrivent essentiellement la vie cérémonielle de la cour et les personnages qui y sont associés: hauts dignitaires, Européens voyageurs, militaires notamment.
La longue robe habillant ici le personnage nous instruit sur sa qualité de prêtre. Seuls en effet les Ooton, de lignée dynastique, ou l'Osuan, en étaient vêtu
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue