EURIPIDE

Lot 4
Aller au lot
5 000 - 6 000 €

EURIPIDE

Hecuba, & Iphigenia il Aulide, tragoediae. Ode de laudibus Britanniae. Ode de senectutis incommodis.
S.l.n.d. [au colophon] : Venise, Alde, décembre 1507. In-8, veau fauve estampé à froid sur ais, bordure, panneau
central orné d'un décor à répétition d’un petit fer en forme de losange, dos à trois nerfs (Reliure italienne de
l'époque).
Renouard, Alde, pp. 51-52.
PREMIÈRE ÉDITION ALDINE DE LA TRADUCTION D'EURIPIDE PAR ÉRASME.
Joliment imprimée en caractères italiques, avec la marque typographique à l'ancre aldine sur le titre, l'édition possède une double préface, la première adressée par l'éditeur au lecteur et la seconde par Érasme à William Warham, archevêque de Canterbury et primat d'Angleterre.
Cette traduction avait d'abord paru l'année précédente à Paris chez Josse Bade. Érasme l'avait composée en vue de parfaire ses connaissances avant de se consacrer à la traduction du texte grec du Nouveau Testament.
Il entreprit à Louvain une oeuvre plus ardue, la traduction de l'Hécube d'Euripide en vers latins. […] Encouragé par le professeur Paludanus, son hôte, homme d'un jugement rare, il acheva ce qu'il avait commencé ; mais ce ne fut pas sans beaucoup de peine. Le langage propre à la poésie, l'antiquité, l'obscurité tragique, la concision, la subtilité, la finesse de l'auteur, la rhétorique déliée qui abonde chez lui, enfin les choeurs qui demandaient un Oedipe ou un devin plutôt qu'un traducteur : telles furent les difficultés qu'il eut à vaincre, sans parler de l'altération du texte, de la disette des manuscrits et de l'absence de tout interprète auquel il pût recourir. À l'Hécube, il ajouta l'Iphigénie en Aulide qu'il traduisit en Angleterre d'une manière plus libre (Durand de Laur, Érasme précurseur et initiateur de l'esprit moderne, t. II, pp. 61-62).
UN DES TRÈS RARES EXEMPLAIRES NON CENSURÉS. En effet, de nombreux exemplaires de cette édition ont été mutilés, avec
le nom de l'humaniste gratté ou surchargé d'encre.
Quelques annotations et soulignés contemporains dans le texte.
Ex-libris manuscrit gratté sur le titre, et cachet humide portant l’inscription Closter Rosslebisches-schul-insiegel.
Étiquette ex-libris volante de Benedict Wilhelm, recteur de la bibliothèque du Klosterschule Rossleben (XIXe siècle).
L’élégante reliure en veau estampé qui recouvre le volume provient certainement d'un atelier vénitien.
Petit trou dans le blanc du titre et légère mouillure en tête et pied de celui-ci. Premier plat détaché, coiffes manquantes
et un coin arrondi.
 
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue