BONAPARTE Marie, princesse de Grèce (1882-1962).

Lot 12
Aller au lot
Estimation :
3000 - 4000 EUR
S'inscrire sur drouot.com
BONAPARTE Marie, princesse de Grèce (1882-1962).
Dossier composé : d'un manuscrit autographe signé et de 13 lettres autographes signées, adressées à Philippe Kah. Correspondance rédigée à Saint-Cloud, Vienne, Paris, Villa Roth (Autriche) et (s.l.), entre 1927 et 1930. Environ 46 pp. in-8 et in-4. Transcription intégrale jointe.
Très intéressant dossier sur l'affaire Lefebvre, «cas si intéressant du point de vue psychanalytique».
En août 1925, Marie Lefebvre tue de sang-froid, avec préméditation, sa belle-fille enceinte, sous les yeux de son fils. En août 1927, Marie Bonaparte décide de se documenter sur ce fait-divers et prend contact avec les avocats de Mme Lefebvre «(...) M'intéressant aux questions freudiennes, ayant passé plusieurs mois d'études à Vienne avec le professeur Freud et faisant partie de la Société de Psychanalyse que plusieurs médecins analystes viennent de fonder à Paris, j'ai projeté, pour le premier numéro de la «Revue de Psychanalyse» que nous venons aussi de créer, un article sur le cas (...) de Mme Lefebvre (...)». En 1930, c'est Maître Kah qui fait appel à Marie Bonaparte pour la préface de son ouvrage «Aux Enfers du crime» (le manuscrit de ce dossier), dans lequel il traite notamment de cette affaire. La princesse y fera l'apologie de la psychanalyse comme outil de compréhension des comportements criminels.
On joint : une lettre dactylographiée et signée «Léo Poldès» à Marie Bonaparte, avec 3 lignes autographes. Il lui demande de présider un débat sur «Aux Enfers du crime» ; une coupure de presse relative au Mariage de la princesse Eugénie de Grèce ; une adresse manuscrite de Philippe Kah et celle de Marie Bonaparte...
Document présenté lors de l'exposition Marie Bonaparte (1882-1962) princesse Georges de Grèce et de Danemark, au musée des Avelines à Saint-Cloud.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue