ARTAUD (Antonin).

Lot 40
Aller au lot
Estimation :
2500 - 2800 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 4 160EUR
ARTAUD (Antonin).
Lettre autographe signée à Henri THOMAS. Ivry, 7 décembre 1947, 4 pages in-8 sur papier ligné à l'encre verte.
Très belle lettre, véhémente, deux jours après l'internement de Colette Thomas dans une clinique du Vésinet où elle subira plusieurs séances d'électrochocs.
Je vous écris d'urgence parce qu'il y a urgence dans ce cas. Je ne veux pas non plus avoir l'air de m'occuper de ce qui ne me regarde pas (...) Il ne faut surtout pas que l'on fasse à Colette Thomas même l'ombre d'un électro-choc. Il sait que légalement la famille peut s'opposer à un traitement qu'imposerait un médecin et qui lui paraîtrait inadéquate. Je sais que la mère et la tante de Colette sont absolument incompétentes en la matière et qu'elles disent si ce traitement doit lui faire du bien pourquoi ne lui ferait-on pas. Il conjure Thomas de s'opposer au traitement de Colette par l'électro-choc, qu'en tant que mari et époux sa voix et sa décision sont prépondérantes sur celle de la mère et de la tante... Moi qui y suis passé 50 fois et qui ai subi cinquante comas d'électro-choc, je peux encore vous le redire, l'électro-choc c'est la mort. Et on n'impose pas à une malade une mort supposée où on ne sait pas où on envoie la malade sous prétexte de la guérir et de la retrouver autre au retour de ce voyage dans l'au-delà, ce traitement est un véritable assassinat (...) sans compter sur mille autres inconvénients sur lesquels j'aurai l'occasion de revenir avec vous de vive voix. L'essentiel est de s'opposer d'abord à ce que le traitement soit fait ensuite vous verrez. Je suis votre de tout cOeur. Il ajoute en P.S. : Ne permettez pas que Colette vous revienne au retour de la mort.
Traces de plis.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue