ARTAUD (Antonin).

Lot 23
Aller au lot
Estimation :
2000 - 3000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 2 210EUR
ARTAUD (Antonin).
Lettre autographe signée à René et Yvonne Allendy. Berlin, 23 avril 1932, 6 pages (4 in-8 et 2 in-4), enveloppe conservée au nom de Mme Allendy.
Belle lettre.
Artaud vient de terminer son article « sur le théâtre alchimique », il évoque son séjour à Berlin : L'atmosphère de Berlin est elle aussi par moments favorable à la production. Cinématographiquement parlant je tourne dans un film au rabais [Coup de feu à l'aube de Serge de Poligny], un film miteux où on a voulu m'habiller en Judex parce que je faisais un rôle noir. J'ai protesté et cela sera changé mais vous voyez dans quelles eaux je nage. II est très embêté avec sa traduction [Crime passionnel de Ludwig Lewisohn] dont la parution a été annoncée par Bernard Steele et dont il veut retirer son nom, il demande à Allendy d'intervenir s'il le peut et aussi de lui envoyer du laudanum, au moins une quarantaine de grammes : mon oppression au milieu du travail va être une chose affreuse, presque insurmontable ! Puis il reparle de cinéma et de théâtre : Ici j'ai l'impression non que cela bout mais plutôt que cela agonise. Plus qu'un filet de pouls. La Ufa est la seule firme du monde qui produira encore des films en français. En France même il n'y a plus rien. Les acteurs français d'ici sont sur leur derrière quand ils voient le théâtre allemand ou parait-il car je n'ai encore rien vu de nouveau depuis mon dernier séjour où j'avais vu Piscator et Reinhardt [...] on joue, on ose aller jusqu'au bout de l'expression. C'est un des côtés de ce que je veux faire moins le décalage dans l'irréel et c'est tout simplement ou ce devrait être l'alphabet du vrai théâtre. Comme l'alphabet des hiéroglyphes sur la pierre de Roselle est une sorte de langage mystique en somme réduit à des signes enveloppés de spiritualité, avec des membres, des articulations de queue et de chair inextricablement mêlés au sens spirituel ... Il est ensuite question de l'acteur Dalio qui a des dettes colossales, de Serge Moreux qui est en train de perdre la vue et que Soulié de Morant pourrait peut-être sauver. II demande si les recherches qu'il a faites pour un livre d'Allendy lui servent. De son côté il a eu de mauvaises nouvelles de sa mère dont toute la fortune se dévalorise à vue d'Oeil, et s'il ne travaille pas, ce sera un terrible désastre : Priez donc les dieux qui sont les vôtres : on a toujours des dieux, que mes propres affaires s'arrangent définitivement et se maintiennent... Vente Zervos, 1998 n°217.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue