Livre d'heures (à l'usage de Rome). En latin... - Lot 17 - Binoche et Giquello

Lot 17
Aller au lot
Estimation :
120000 - 150000 EUR
Livre d'heures (à l'usage de Rome). En latin... - Lot 17 - Binoche et Giquello
Livre d'heures (à l'usage de Rome).
En latin et en français, manuscrit enluminé sur parchemin.
France, Paris et Rouen, vers 1495-1500.
Avec 56 miniatures dont 13 grandes miniatures et 43 petites miniatures par des artistes rouennais (Robert Boyvin et Jean Serpin) et deux artistes parisiens le Maître de Robert Gaguin (actif à Paris dans le dernier quart du XVe siècle jusque vers 1500) et le Maître des entrées parisiennes (actif à Paris de 1500 à 1520) [à noter que deux petites miniatures sont sans doute peintes par le Maître d'Etienne Poncher]. 116 ff., précédés et suivis d'un feuillet de garde de parchemin, sans miniature prévue pour complies des Heures de la Vierge [collation : i6, ii6, iii8, iv8, v8, vi8, vii8, viii8, ix6, x8, xi8, xii8, xiii9 (8+1, feuillet inséré entre ff. 82 et 83 ; réclame perceptible), xiv7 (8-1, manque un feuillet entre ff. 98-99), xv11 (12-1, manque i, sans doute un feuillet blanc annulé : ce cahier est copié par une main différente), xvi7 (8-1, manque viii, certainement un feuillet blanc)], quelques réclames horizontales, écriture bâtarde calligraphique (deux modules, une écriture plus petite), seconde main pour un cahier (ff. 99-109v), texte sur une colonne, jusque 20 lignes par page, réglure à l'encre rouge pâle (justification : 70 x 95 mm), certains passages soulignés en rouge, rubriques rouge foncé, bout-de-lignes en rouge foncé avec décor à l'or liquide, initiales en rouge foncé (quelques-unes sur fond bleu) avec décor à l'or liquide (1- à 2-lignes de hauteur), quelques initiales peintes en bleu ou mauve avec rehauts blancs sur fonds d'or avec motifs floraux (2- à 3-lignes de hauteur), bordures droites compartimentées à toutes les pages, avec décor de feuilles d'acanthe bicolores, fleurs, fruits et petit points dorés, ces mêmes bordures sur quatre côtés sur les pages avec miniatures à l'exception des feuillets 22 et 67 avec les miniatures inscrites dans des encadrements architecturés dorés avec sculptures en pied dans des niches, et à l'exception des feuillets 38 et 80 qui présentent des bordures plus abouties (Jean Serpin) avec des fleurs au naturel, des animaux et grotesques sur fonds d'or, avec 13 GRANDES MINIATURES (deux compositions (ff. 22 et 67) contiennent en bas de page des scènes auxiliaires, ce qui explique le décompte erroné de 45 petites miniatures inscrit au verso de la première garde) et 43 PETITES MINIATURES (dont 24 au calendrier).
Reliure de parchemin rigide (XIXe siècle), dos lisse, ornée de fleurons dorés et filets, triple encadrement sur les plats de filets dorés avec fer central doré, tranches dorées.
Bon état général : signalons quelques taches au parchemin mais seulement dans les marges. Miniatures en très bel état de conservation. Quelques frottements à la reliure, tache sur le plat inférieur.
Dimensions : 120 x 165 mm.
Manuscrit avec un cycle important de 56 miniatures, oeuvre de collaboration entre Rouen et Paris, témoignage des échanges entre les deux villes à la fin du XVe siècle.
Ce manuscrit est une oeuvre de collaboration, entre artistes de deux villes à savoir Rouen et Paris : il apparait que le manuscrit fut commencé à Rouen, puis «terminé» ou «achevé» de manière quasi-contemporaine à Paris. L'essentiel du manuscrit est peint par un artiste rouennais, dont l'identité nous est connue, Robert Boyvin (actif à Rouen de 1486 à circa 1520 (ou plus tard dans les années 1530 ?)). On remarque aussi la main d'un second artiste, «vignetteur» c'est-à-dire spécialisé dans la décoration des bordures, Jean Serpin (actif aussi à Rouen vers 1500-1520). Ces artistes normands ont donc assuré l'essentiel des présentes Heures, notamment toutes les grandes miniatures pour le péricope évangélique selon saint Jean, les Heures de la Vierge, les Psaumes de la Pénitence et l'Office des morts (à l'exception du Songe du chanoine Arnoul (fol. 110) et la grande Trinité (fol. 99v) au commencement des Suffrages. Il faut replacer ce livre d'heures, fort original, dans le cadre des relations entre les villes de Rouen et de Paris, avec d'un côté les enlumineurs au service du Cardinal d'Amboise - notamment Robert Boyvin et Jean Serpin et de l'autre les artistes parisiens dans la lignée du Maître de Robert Gaguin, héritier du Maître de Jacques de Besançon, et le Maître des entrées parisiennes en association avec le Maître d'Etienne Poncher.
Robert Boyvin est un artiste - dit «historieur» dans les comptes - dont la personnalité et l'importance pour l'histoire des manuscrits enluminés ont récemment été remis en lumière (E. Adam, «Retour sur l'oeuvre de Robert Boyvin, enlumineur à Rouen vers 1500», dans Peindre à Rouen au XVIe siècle, dir. F. Elsig, 2017, pp. 101-119 ; voir aussi les travaux pionniers d'Isabelle Delaunay). Robert Boyvin est formé à Rouen, et semble avoir été inspiré des modèles et compositions d'artistes rouennais antérieurs, notamment le Maître de l'Echevinage de Rouen. Installé «à la quatrième échoppe du côté de l'archevêché au
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue