Livre d'heures (à l'usage de Rouen). En français... - Lot 13 - Binoche et Giquello

Lot 13
Aller au lot
Estimation :
70000 - 90000 EUR
Livre d'heures (à l'usage de Rouen). En français... - Lot 13 - Binoche et Giquello
Livre d'heures (à l'usage de Rouen).
En français et en latin, manuscrit enluminé sur parchemin.
France, Rouen, circa 1465-1470.
Avec 20 miniatures par le Maître de l'Echevinage de Rouen (actif à Rouen dans les années 1450 jusque vers 1485). 172 ff., précédés de 4 ff. de garde de papier et de parchemin, suivis de 4 ff. de garde de papier, manque un feuillet entre les ff. 32-33, sans doute blanc (collation : i6, ii6, iii8, iv8, v7 (8-1, manque v), vi8, vii8, viii8, ix4, x8, xi8, xii8, xiii8, xiv8, xv8, xvi4, xvii8, xviii8, xix8, xx8, xxi8, xxii8, xxiii3 (de 4, manque iv, sans doute un feuillet blanc)), écriture bâtarde à l'encre brune, texte sur 14 lignes (justification : 30 x 52 mm), réglure à l'encre rouge, rubriques en rouge, bout-de-ligne rose et bleu avec rehauts blancs et points à l'or bruni, initiales à l'or bruni sur fonds rose et bleu avec rehauts blancs (1- à 2-lignes de hauteur), les plus grandes (2-lignes de hauteur) avec décor de fines tiges tracées à l'encre noire et points à l'or bruni se prolongeant dans les marges, initiales peintes en bleu avec rehauts blancs sur fonds or avec décor de feuilles de vigne de couleur introduisant les grandes divisions textuelles, avec 20 miniatures cintrées, inscrites dans des bordures enluminées sur fonds réservés avec feuilles d'acanthe colorées, fleurs, fruits, emblèmes (houppe ou floc) et lettres «a» (petites ou grandes (cf. f. 162).
Reliure du XVIIe siècle, maroquin rouge, dos à 4 nerfs cloisonné et fleuronné, plats avec un décor doré de triple encadrement composé de filets dorés, reliés entre eux aux angles par des fleurons, roulettes sur les coupes, roulette intérieure, contregardes de papier marbré peigné (seule la contregarde inférieure est visible, la contregarde supérieure étant cachée par la vignette ex-libris de Edmund Macrory), traces de fermoirs (fermoirs lacunaires).
Mors fragiles et mors supérieur fendu en pied d'ouvrage sur deux centimêtres, quelques épidermures, coins émoussés mais néanmoins élégante reliure du XVIIe siècle.
Dimensions : 90 x 62 mm.
Remarquable petit livre d'heures à l'usage de Rouen dont les vingt miniatures sont attribuables au «Maître de l'échevinage de Rouen», conservé dans une élégante reliure française du XVIIe siècle.
Les miniatures et encadrements enluminés sont parsemés d'une énigmatique initiale minuscule «a» et d'un emblème récurrent, celui de la «houppe» ou «floc». Des notes au crayon rapprochent cet emblème de celui de la famille Luxembourg et le nom d'Antoine de Luxembourg, fils de Louis de Luxembourg, est avancé comme commanditaire possible. Pour l'heure, cela ne peut être confirmé, mais ce livre d'heures offre de fascinantes perspectives de recherche et d'identification.
Le Maître de l'échevinage de Rouen - anciennement appelé «Maître du Brunet Latin de Genève» - est un artiste actif de la fin des années 1450 jusque vers 1485 environ. Il doit sa renommée et son appellation aux cinq manuscrits qu'il enlumine entre 1457 et 1485 pour les échevins de Rouen (Rabel, 1989 ; Avril et Reynaud, 1993, p. 160). Il participe également à l'enluminure du bréviaire de Charles de Neufchâtel (Besançon, BM, MS 69) et au décor peint de deux livres d'heures exceptionnels à savoir : l'un, Dublin, Chester Beatty Library, MS W 089 où il collabore avec des artistes tourangeaux Jean Bourdichon, le Maître de Jean Charpentier et un artiste fouquetien (Yvard, 2007) ; l'autre, Heures de Jean d'Estouteville (Turin, Biblioteca reale, Var. 88). Le Maître de l'échevinage de Rouen puise ses sources dans l'enluminure parisienne autour du Maître de la Légende dorée de Münich, mais ses paysages et la matérialité de certains objets témoignent de sa connaissance de l'art flamand.
L'artiste et son atelier peignent de nombreux livres d'heures pour une clientèle variée : citons par exemple les Heures à l'usage de Rouen dites de Chrétienne de France (Paris, Bibliothèque de l'Arsenal, MS 562, circa 1470-1475) ou encore des Heures à l'usage de Bayeux (Rennes, Médiathèque Champ-libre, MS 32) datable vers 1460 et donc sans doute proche contemporain des présentes «Heures aux initiales «a»». On connait du même artiste des miniatures réalisées pour un bréviaire démembré de petit format (dimensions des miniatures de format cintré de 57/60 x 40 mm ; voir Dunn-Lardeau (ed.), 2018, notice A. Bergeron-Foote, «Sept miniatures d'un bréviaire», Montréal, McGill, LRCA, MS 102, cat. no. 25), format très proche du présent livre d'heures, également copié dans une écriture bâtarde de petit module. De facture très soignée, son art apparaît plutôt conservateur. Ses peintures se distinguent par une palette chatoyante où l'or est apposé à profusion et par la prédominance accordée au dessin et aux lignes anguleuses. On reconnaît ses figures avec de grands yeux ronds, son souci des architectures et des intérieurs et son goût pour les riches tentures.
Ce petit manuscrit est un vrai bijou, pour l'heure empreint de mystère, en attendant q
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue