Ɵ Grand personnage assis Djenne,Delta du... - Lot 34 - Binoche et Giquello

Lot 34
Aller au lot
Estimation :
120000 - 150000 EUR
Ɵ Grand personnage assis Djenne,Delta du... - Lot 34 - Binoche et Giquello
Ɵ Grand personnage assis Djenne,Delta du Niger intérieur, Mali Époque : 1100/1400 après J.-C. Terre cuite Rapport scientifique de Madame Francine Maurer de 1987 Scanner du Docteur Marc Ghysels H. 58,4 cm - L. 36,8 cm - P. 31,1 cm Important seated man, Djenne, Delta of interior Niger, Mali H. 23 in - W. 14 ½ in - D. 12 ¼ in
Provenance :
- Hélène et Philippe Leloup, Paris
- Collection privée
Publication :
- Bernard de Grunne, Djenne - Jeno - 1000 Years of Terracotta Statuary in Mali, Mercatorfonds, Bruxelles, 2014, n°165
LA GRANDE STATUAIRE DJENNÉ-JENO UN DON MILLÉNAIRE DU FLEUVE NIGER La grande sculpture assise, avec une tête sphérique, des oreilles de félin, un torse allongé, les genoux repliés et les bras négligemment posés sur les cuisses est le plus grand exemplaire connu du style Préclassique. Ce style préclassique est un de mes préférés en raison de l'imposante monumentalité des figures, du subtil naturalisme de leur modelé et de leur extraordinaire présence. Je n'ai jamais réussi à localiser précisément l'origine géographique de ce style, qui est unique dans ce corpus. Au nombre des caractéristiques de ce style, on trouve les proportions uniques de la tête, qui est très petite par rapport au reste du corps, ce qui pourrait indiquer un éventuel lien avec le style proto-classique. De forme sphérique, cette tête a de petites oreilles de chauve-souris saillantes et un visage prognathe qui, ressemblant à celui des primates, confère à la figure un aspect quasi animal. Le modelé est dans l'ensemble plutôt mou et relâché, ce qui donne l'impression d'une grande paix, comme si ces êtres humains étaient dans l'expectative bien que vigilants. Certains ont à la main un petit sceptre ou chasse-mouches. On distingue trois types de coiffures : certaines figures sont chauves ; d'autres ont les cheveux réunis en cône au sommet de la tête ; et d'autres encore les portent tombant sur les épaules. Toutes sont vêtues d'une sorte de culotte ou pagne court. Elles portent le plus souvent de gros bracelets et un ou deux colliers superposés : l'un est constitué d'une ou plusieurs perles rondes ; l'autre, d'une ou plusieurs perles tubulaires. Étant donné l'unité stylistique décelable entre toutes les figures préclassiques, on peut supposer qu'elles furent produites par un même artiste, soit pour un autel très important, soit pour honorer un héros fondateur et ses descendants. (...)
Mon travail sur le terrain dans le delta intérieur du Niger prouve que leur statuaire en terre cuite représente les dieux des anciens habitants de cette région. Certains de ces dieux sont considérés comme les ancêtres déifiés de célèbres rois et reines fondateurs du delta. Ces statues n'étaient pas l'œuvre d'un seul groupe ethnique, et elles étaient utilisées par les membres de n'importe quel groupe ethnique qui décidait de leur rendre un culte. Si cet usage pan-ethnique se confirme, on pourra en conclure que ce corpus de statues faisait partie d'un culte religieux largement pratiqué dans le delta intérieur du Niger. Dès lors, bien que secondaire par rapport à l'environnement physique de la statuaire, la religion est un facteur crucial dans la détermination de ce style artistique.
Les statues étaient vénérées dans des sanctuaires particuliers, qui étaient, selon mes informateurs, les premiers bâtiments construits lors de la fondation de nouveaux villages. Un aspect important des rituels impliquant ces statues était l'offrande de sacrifices humains et animaux, au cours desquels l'adorateur adoptait la même position que la statue à laquelle il était confronté. Le fait que les gens d'aujourd'hui, qui sont peut-être les descendants des créateurs de cette statuaire, se souviennent encore de certaines postures rituelles témoigne de l'importance, de la diffusion et de la persistance de ce culte dans le delta intérieur du Niger.
Cela soulève un problème important. Puisque l'adorateur adopte une attitude similaire à celle de la statue du dieu qui se dresse devant lui, on pourrait en conclure que le but de ces prières posturales était, pour l'adorateur, de faire lui-même l'expérience du divin. Les statues étaient des images sacrées utilisées pour susciter un état mystique permettant à l'adorateur d'expérimenter la fusion entre lui-même et son dieu. On peut aussi suggérer que, par l'adoption de ces postures, il invitait rituellement le dieu habitant la statue à prendre possession de lui. Une des principales caractéristiques formelles de cette statuaire - les yeux protubérants - symbolise peut-être cet état de possession.
Un autre aspect qui devrait être approfondi dans l'étude du delta intérieur du Niger est le rapport entre les hiéroglyphes et la posturalité. En adoptant certaines postures rituelles, l'adorateur du delta intérieur du Niger crée autour de lui un espace sacré, de même que l'adepte du vaudou trace sur le sol des symboles sacrés vévé. Les relations symboliques entre les signes bidimensionnels et leurs incarna
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue