Paire de bottes à l'écuyère attribuée à l'Empereur...

Lot 48
Aller au lot
50 000 - 80 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 117 208 EUR

Paire de bottes à l'écuyère attribuée à l'Empereur...

Paire de bottes à l'écuyère attribuée à l'Empereur NAPOLÉON Ier
Portée à Sainte-Hélène
Donnée par le grand Maréchal BERTRAND au sculpteur Carlo MAROCHETTI (1805-1867)
En fin maroquin noir à semelles à petits talons.
Doublée à l'intérieur de fine peau naturelle. Avec ses deux tirants en forte toile tissée et rainurée.
Haut.: 48 cm. Longueur du pied: 26,5 cm environ.
Sous chaque botte, une étiquette manuscrite «n°1745 p.29» et «n°1746 p.29».
A.B.E. Epoque Premier Empire.
Déchirure sur l'arrière de l'une et partie décousue sur les deux (légères différences dans le décor).
Provenance:
- Provenant du Grand Maréchal Bertrand, elles auraient été utilisées par l'Empereur à Sainte-Hélène.
- Prêtées au Sculpteur Marochetti, pour l'exécution d'une statue équestre pour le tombeau de Napoléon.
- Conservées par Marochetti, puis son fils après la mort du Grand Maréchal.
- Offertes par le Baron Marochetti, fils du sculpteur, à M. Paul Le Roux, sénateur.
- Conservées depuis dans sa famille.
Exposition:
Ces bottes ont figuré à l'exposition «Gros et ses élèves» au Petit Palais en 1936, n°777: «Paire de bottes à l'écuyère portée par Napoléon à Sainte-Hélène. à Monsieur Alfred Le Roux.
Ces bottes ont été prêtées par le général Bertrand, peu avant sa mort, au sculpteur Marochetti, désireux d'exécuter une statue équestre de l'Empereur. Le baron Marochetti, ambassadeur, son fils, en fit don à M. Paul Le Roux, sénateur»
Pièces en rapport:
Le Musée des Beaux-arts de Montréal possède une botte de modèle et de fabrication similaires aux nôtres, à l'écuyère, avec notamment les mêmes coutures de renfort, aux mêmes endroits, ainsi que le même talon bas.
Attribuée au bottier Jacques, elle provient de la collection Ben Weider.
Elle aurait été offerte par Jacques au cordonnier italien Anselmo Ronchetti. Cette attribution est marquée à l'or sur la botte, en italien (Inv2008.407).
Historique:
Le bottier de l'Empereur se nommait Jacques et demeurait rue Montmartre. Au début de l'Empire, l'Empereur porte des bottes doublées de peluche de soie, à 80 fr la paire. Il en fait d'ailleurs une grande consommation.
A partir de 1812, l'Empereur commande des paires de bottes à l'écuyère, sans mention de doublure.
Au retour de l'Ile d'Elbe, on retrouve une livraison avec mention d'une paire de bottes «doublées» et sept paires de bottes à grands contreforts (sans mention de doublure). Notre paire peut faire partie de cette livraison de sept paires, qui firent le voyage à Sainte-Hélène.
Il est à noter que Napoléon se fit enterrer avec une paire de bottes à l'écuyère (que l'on retrouva décousues au moment de son exhumation en 1840).
L'Empereur Napoléon Ier mesurait 1m69 (ce qui est au-dessus de la moyenne de l'époque, contrairement à ce que laisse penser la propagande anglaise de l'époque). La taille de ses pieds était de 26/27 cm, soit une pointure d'environ 40-41. Nos bottes sont également à cette pointure.
Biographie:
Carlo MAROCHETTI (1805-1867)
Sculpteur italien naturalisé français, élève de Bosio et de Gros, il fut l'un des artistes les plus en vue de la Monarchie de Juillet. Parmi ses nombreuses œuvres, on compte un bas-relief représentant la bataille de Jemappes pour les décorations de l'Arc de Triomphe, l'autel de l'église de la Madeleine et plusieurs réalisations dans les cimetières, en particulier la tombe de Vincenzo Bellini au cimetière du Père Lachaise. Il fut également l'auteur de la statue équestre d'Emmanuel Philibert, duc de Savoie, qui se trouve sur la Piazza San Carlo à Turin.
Il devait faire une statue pour le tombeau de l'Empereur, il travailla quelques années à ce sujet avec Visconti. La représentation de l'Empereur lui- même fut l'objet de nombreuses discussions entre la commission parlementaire en charge du projet et l'artiste, principalement au sujet du costume que devait revêtir le souverain. Le costume de sacre fut adopte? au détriment de l'uniforme initialement prévu et le choix de l'emplacement du monument a? ériger se fixa sur l'esplanade des Invalides. Faute de moyens financiers, le monument n'eut jamais l'occasion d'aboutir et sa réalisation fut abandonnée en 1849. L'assemblée avait supprimé? la statue équestre comprise dans le programme du tombeau, et Marochetti ne fut plus charge? d'exécuter le projet.
A noter que Marochetti exécuta également une statue du général Bertrand.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue