VILLETTE (Charles Michel, marquis de)

Lot 110
Aller au lot
4 000 - 6 000 EUR
Result with fees
Result : 4 136 EUR

VILLETTE (Charles Michel, marquis de)

Oeuvres. A Londres [Montargis, Claude Lequatre], 1786.
In-16 [116 x 70 mm] de (4) ff., 156 pp.; (20) ff. d'échantillons de papier: maroquin vert, dos lisse orné, pièce de titre de maroquin rouge, triple filet doré encadrant les plats, coupes et bordures intérieures décorées, tranches dorées (reliure de l' époque).
Célèbre impression provinciale, tirée à très petit nombre sur papier de guimauve.
Elle a été publiée à l'initiative de Pierre Alexandre Léorier Delisle (1744- 1826), qui avait créé en 1784 une manufacture de papier à Buges, après avoir dirigé celle de Langlée (Loiret). Balzac évoque ses tribulations dans Les Illusions perdues. Léorier mourut ruiné après s'être enrichi sous la Révolution dans la fabrication des assignats.
Il a signé l'épître dédicatoire où il rend compte de ses travaux: “J'ai soumis à la fabrication du papier toutes les plantes, les écorces & les végétaux les plus communs. Les échantillons qui sont à la fin de ce volume ne sont que des extraits de mes expériences. J'ai voulu prouver qu'on pouvait substituer aux matières ordinaires du papier, qui deviennent chaque jour plus rares, d'autres matières les plus inutiles.”
Léorier soumit ses procédés à l'Académie des sciences, revendiquant l'antériorité de son invention contre les prétentions de l'Allemand Schaeffer dont les échantillons comportent une forte addition de chiffon et de colle.
On notera que son précédent ouvrage, Les Loisirs des bords du Loing (n° 106 du catalogue) est imprimé sur un papier à base de chiffon teint de couleur, non sur un papier végétal, si ce n'est pour les échantillons du supplément.
L'imprimeur des Oeuvres du sulfureux marquis de Villette, proche de Voltaire, est le Montargois Claude Lequatre, tenu à la discrétion pour avoir été sévèrement condamné en 1777 dans une affaire de libelles séditieux.
Anne Basanoff relève que le volume fut imprimé soit sur papier de guimauve soit sur papier d'écorce de tilleul; de même, certains exemplaires furent tirés sur papier chiffon teinté bleu ou rose.
Rare exemplaire car il est complet des 20 feuillets d'échantillons de papier végétal, qui font le plus souvent défaut.
Échantillons de papier d'ortie, de houblon, de mousse, de roseaux, de conferva (première, deuxième et troisième espèces), de racines de chiendent, de bois de fusain, de bois de coudrier, d'écorces d'orme, de tilleul, d'osier, de marsaut, de saule, de peuplier, de chêne, de feuilles de bardane, de bardane et de pas-d'ane, de chardons.
(Basanoff, Le Papier botanique in R.F.H.L., n° 14, 1977, pp. 107-125: “Ainsi pour les Oeuvres du marquis de Villette [...] leur nombre ne peut dépasser, croyons-nous, vingt exemplaires en tout pour les papiers teints de différentes couleurs, et une dizaine pour les papiers botaniques.”)
Joli exemplaire en maroquin vert de l'époque.
Quelques piqûres.
(Le Livre, B.N., 1972, n° 105.- Conlon, Le Siècle des Lumières, XII, n° 86:1927, sans mention de la seconde partie pour les échantillons.-
Peignot, Répertoire de bibliographies spéciales, p. 176.)
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue