PECQUET (Jean)

Lot 29
Aller au lot
5 000 - 6 000 €
Result : 6 350 €

PECQUET (Jean)

Experimenta nova anatomica. Paris, Sébastien Cramoisy et Gabriel Cramoisy, 1651. In-8, basane marbrée, dos à nerfs, pièce de titre ocre, tranches rouges (Reliure de l'époque).
Garrison & Morton, n°1095. - Heirs of Hippocrates, n°543. - Krivatsy, n°8757.
Édition originale.
Livre capital pour la connaissance du système circulatoire, lymphatique et sanguin, et le processus d'absorption des nutriments au moment de la digestion.
Né à Dieppe en 1622 et mort à Paris en 1674, Jean Pecquet étudia la médecine et l'anatomie à Montpellier et à Paris. On raconte qu'à l'âge de 23 ans il pratiqua l'autopsie d'une marquise au service de laquelle il avait été attaché durant cinq ans. Entré en 1648 au service de François Fouquet, évêque d'Agde (Hérault), il fut ensuite le médecin de son frère Nicolas, le célèbre surintendant, lequel devint aussi son protecteur, et celui de Madame de Sévigné.
Dans ses Experimenta nova anatomica, Pecquet expose sa découverte du réceptacle du chyle et du canal thoracique, jusqu'alors inconnus des anatomistes. En s'appuyant sur des expériences menées sur des chiens vivants, il démontra que le chyle (lymphe spéciale chargée des lipides absorbés au niveau des vaisseaux chylifères de l'intestin grêle) est en réalité transporté à travers le canal thoracique jusqu'à la veine subclavière gauche pour ensuite se déverser dans le sang, et réfuta de manière définitive les théories anciennes sur la sanguification, émises par Galien dès le IIe siècle.
Cette découverte, extrêmement importante, de la route suivie par le chyle pour arriver au torrent de la circulation, détruisit l'ancienne doctrine de la préparation du fluide sanguin par le foie, et suscita dans tous les systèmes de médecine une révolution que la grande découverte d'Harvey n'avait point encore pu opérer. Certainement la découverte de Pecquet ne brille pas moins dans l'histoire de notre art que la vérité démontrée pour la première fois par Harvey. Nul doute non plus que cette dernière n'aurait point eu une influence aussi puissante, si elle n'eût pas été accompagnée de l'autre (Sprengel, Histoire de la médecine, 1815, t. IV, p. 208).
On trouve aussi dans ce volume une dissertation de l'auteur sur les mouvements du sang et du chyle par la respiration, la contraction musculaire, le battement artériel, etc., appuyée par des expériences sur le vide et la pression de l'air.
L'édition fut imprimée aux frais de François Fouquet, à qui Pecquet adressa son épître dédicatoire. Elle est ornée de 5 figures gravées sur cuivre dans le texte illustrant les propos de l'auteur sur la pression, et d'une planche à pleine page, comprise dans la pagination, représentant d'une part le système lymphatique, et de l'autre l'abdomen et le thorax disséqués d'un chien.

L'exemplaire porte cet envoi de l'époque à la p. 108: pour M. Durand. Ex-libris manuscrit dudit Durand apposé en pied du titre.
La dernière garde est couverte de notes manuscrites de l'époque.
Petite mouillure claire touchant l'angle inférieur de la planche et quelques feuillets. Reliure restaurée, surtout aux charnières et coiffes
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue