Monolithe Ikom atal, Nta Village, Akwanshi,…

Lot 57
150 000 - 200 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 192 300 €

Monolithe Ikom atal, Nta Village, Akwanshi,…

Monolithe Ikom atal, Nta Village, Akwanshi, groupe Etinta, Etat de la Cross River, Nigeria
Basalte
H. 142 cm
Poids approximatif: 600 kg
Ikom area atal stone figure, Akwanshi, Nta village, Cross River Region, Nigeria
H. 56 in Provenance(s):
- Collecté en 1968 (Autorisation de sortie de la National Commission For Museums and Monuments d'Abuja, Nigeria, 1er février 1969)
- Exporté au Togo en 1969
- Collection européenne
Publication(s):
- Philip Allison, African Stone Sculpture, 1968, fig. 31, avec la mention du village Nta, groupe Etinta
Peu présente dans l'art africain, la statuaire lithique trouve dans la région de la Cross River son expression la plus primordiale mais aussi la plus impressionnante. Mentionnée pour la première fois par Charles Partridge en 1905 (in. Cross River Natives), c'est à Carl Einstein dans Negerplastick que l'on doit la reproduction du premier monolithe ramené en Europe, et acquis en 1909 par le Museum für Völkerkunde de Berlin. Il faudra attendre l'étude de Philip Allison, African Stone Sculpture, en 1968 et son inventaire de quelques trois cents monolithes dans la vallée de la Cross River, pour saisir leur importance locale, mais aussi leur unicité sur tout le continent africain. Allison rapporte que les monolithes en basalte, de plus ou moins grandes tailles, étaient naturellement façonnés et polis par les eaux du fleuve, et choisis selon leur forme pour être sculptés. Isolés ou réunis en cercle aux abords des villages, ils seraient, selon les témoignages recueillis auprès des anciens, des représentations d'ancêtres lignagers, ou l'emblème de sociétés secrètes. Des différences importantes de styles apparaissent dans le corpus, mais toutes les pierres sont cependant sculptées avec une barbe - donc représentent un ancêtre masculin - et un ombilic important, siège du lignage dans toute la statuaire africaine.
Ici, l'atal est sculpté d'une tête phallique qui se distingue du corps par une légère dépression dans le basalte. Le visage est particulièrement détaillé, regard, nez, bouche et chéloïdes signifiés, ainsi qu'une longue barbe taillée en pointe. Le corps est marqué de pectoraux et de bras coudés, les mains s'inscrivant de part et d'autre d'un ombilic au volume important et strié.
Contrastant avec le modelé de ces motifs, la sobre chevelure plaquée au front, les tatouages rituels ornant les membres en cercles concentriques, et ailleurs striant les joues, sont creusés dans la roche. Au dos, le sillon spinal et le sommet des omoplates ont été décrits avec sobriété.
Les proportions exceptionnelles du monolithe, la qualité plastique de ses motifs, particulièrement soignés, en font l'un des plus beaux exemplaires du type.

IKOM AREA ATAL STONE FIGURE, AKWANSHI, NTA VILLAGE, CROSS RIVER REGION, NIGERIA H. 56 in Publication(s):
- Philip Allison, African Stone Sculpture, 1968, fig.
31, avec la mention du village Nta, groupe Etinta
African Stone Sculpture
The lithic sculpture is little used in African art and is at its most primal and impressive in Cross
River art. First mentioned by Charles Partridge in 1905 (in. Cross River Natives), we owe the reproduction of the first monolith brought to Europe to Carl Einstein with Negerplastick which was acquired in 1909 by the
Museum für Völkerkunde in Berlin. Their local importance and uniqueness throughout the African continent wasn't revealed until the study by Philip Allison, African Stone Sculpture, in 1968 and his inventory of three hundred monoliths in the Cross River Valley. Allison states that basalt monoliths of varying sizes were naturally sculpted and polished by river water and chosen for their shape. Isolated or placed together in a circle on the outskirts of villages, according to testimonials from elders they depicted ancestors or symbolised secret societies. There are major differences in style in the form but all the stones are sculpted with a beard (thus portraying a male ancestor) and a large navel, the source of lineage in any African statue.
This atal is sculpted with a pear-shaped head that is separated from the body by a slight depression in the basalt. The face is highly detailed with prominent eyes, nose, mouth, keloids and a long pointed beard. The body has pectorals and folded arms with hands on either side of the large and striped navel.
In contrast to the patterned model, the plain hair on the forehead, ritual tattoos in concentric circles on the limbs and striped cheeks are carved into the rock. On the back, the spinal groove and top of the shoulder blades have been subtly depicted.
The monolith's great proportions and the graphic details of its painstaking patterns make it one of the best examples of its kind.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue