BRASILLACH (Robert) écrivain et journaliste français (1909 fusillé en février 1945)

Lot 23
1 000 - 1 500 €
Résultats avec frais
Résultat: 1 080 €

BRASILLACH (Robert) écrivain et journaliste français (1909 fusillé en février 1945)

2 manuscrits autographes signés. 1) (octobre 1941), 5 p. in-4, ratures et corrections: Le titre initial «De Montoire à Nantes» a été barré et remplacé par «Pas de pitié pour les assassins de la patrie !».
Article en faveur de l'anniversaire de l'entrevue de Montoire entre Laval et Hitler qui eut lieu un an plus tôt. Brasillach dénonce les criminels qui ont préféré célébrer l'anniversaire par l'assassinat du Feldkommandant de Nantes «... trois semaines après l'entrevue qui offrait à la France des perspectives encourageantes, en pleine euphorie politique, en pleines négociations de M. Laval à Paris... des assassins de la patrie fomentaient les manifestations du 11 novembre 1940 qui devaient amener la fermeture des facultés, et, un mois après, mettaient au point la conjuration du 13 décembre... Tous les français auront compris: à chaque fois que la réconciliation franco-allemande, si compromise peut devenir plus probante et plus saine, à chaque fois, Londres, appuyé sur Moscou se jette à la traverse... Ces hommes qu'on arrête, parfois dans les milieux les plus bourgeois, pour distribution de tracts et action illégale, ils sont en effet moralement complices. Qu'attend-on pour les frapper ? Qu'attend-on pour coller au mur Peri et Dutilleul ? Et il n'y a pas seulement les communistes... Une minorité d'agents de l'étranger, à chaque fois qu'elle apparait sur l'horizon, TORPILLE LA PAIX FRANÇAISE...» 2) (s.l.n.d.) 5 p. in-fol, quelques ratures et corrections: intitulé «Causerie littéraire» à propos des Universaux de Léon Daudet, Louis Guilloux «Le Sang Noir», Isabelle Rivière «Le bouquet de roses rouges»: Brasillach donne son avis sur ces livres: «... Parmi les nombreux livres de Léon Daudet, celui-ci est un de ceux qui semblent le mieux correspondre à son tempérament, et qui me séduisent le plus... Les Universaux, rayonnants de bonne humeur, éclatants de verve et d'éclairs sont peut-être l'ouvrage qui donnerait de Léon Daudet l'idée la plus complète...» Sur le Sang Noir: «... J'ai lu ce gros roman, et avec quelque peine, n'en déplaise à ses admirateurs... il me semble voir là le type même du faux chef d'œuvre... le comble de l'insincérité littéraire... il est un ouvrage auquel on ne peut pas ne pas penser devant le Sang Noir. C'est le Voyage au bout de la nuit. On peut dire tout ce que l'on voudra contre et pour M. Céline. Il y avait en tout cas dans son œuvre une vie que je ne retrouve jamais dans le Sang Noir...» Sur le bouquet de roses rouges: «... Presque tout me parait blâmable... l'abus de la littérature d'édification, une certaine mollesse dans le style...».
Joint: plaquette imprimée des poèmes de Fresnes de R. Brasillach
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue